La FIV : Questions et réponses

Toutes les questions que vous vous posez sur la fécondation in vitro !

Toutes vos questions sur la fécondation in vitro !

La fécondation in vitro (FIV) est un parcours ponctué de questionnements ! Outre les réunions organisées tous les derniers jeudis du mois à 20h à la clinique Bouchard, où il est possible de poser toutes ses questions aux professionnels de santé présents, cette page regroupe un panel de questions/réponses souvent abordé.

  • Pas de problème mais pour une prise en charge optimale nous vous demandons de faxer les résultats de votre échographie et de votre prise de sang et d’appeler les secrétaires de l’IMR avant 11h le samedi et dimanche et avant 17h en semaine.

  • Oui, il est seulement nécessaire d’avoir quelques jours d’abstinence en raison du recueil de sperme du conjoint, de la ponction, et du transfert… c’est un sujet que vous devez aborder avec votre médecin, et en fonction de votre dossier médical.

  • Non. On ne constate pas de prise de poids avérée, simplement de temps en temps des petits gonflements abdominaux.

  • Non, sauf avis médical.

  • C’est faux. On peut très bien débuter une grossesse avec des saignements. C’est la même chose pour les grossesses spontanées.

    Pour cette raison, vous devez impérativement effectuer la prise de sang, BHCG plasmatique quantitatif, qui vous est prescrite lors du transfert des embryons, à pratiquer en laboratoire.

  • Cette question st abordée avant la ponction FIV avec votre médecin, et le nombre d’embryons transféré́ est rediscuté le jour du transfert en fonction des résultats obtenus.

  • Non, elle est pratiquée sous anesthésie. En revanche vous pouvez ressentir dans les jours suivant une sensation de ballonnement abdominal et des douleurs semblable aux douleurs de règles.

  • Il s’agit d’une  anesthésie générale de courte durée qui en principe ne provoque pas d’effets secondaires.

  • Non, il se pratique sans anesthésie (sauf dans de rares cas exceptionnels) et ne provoque pas de douleurs. C’est comme une consultation de gynécologie.

  • Oui, dans le cadre où les textes et décrets régissants la AMP ne seraient pas respectés.
    Toutes les informations sur le processus administratif de la FIV sur notre page dédiée : Le processus administratif de la FIV

  • Oui si la réponse ovarienne est de mauvaise qualité (trop ou trop peu).

  • Oui. S’il ne peut pas être présent, il doit remplir une décharge dans laquelle il déclare avoir pris connaissance du déroulement de la FIV.

    Vous devez être accompagnée par une autre personne de votre choix qui prendra en charge la mallette contenant le prélèvement effectué.

    Cette personne doit être munie de sa pièce d’identité.

  • L’hospitalisation ne dure pas plus d’une demi-journée, et toujours le matin.

  • Le non-respect des horaires des injections ne doit pas se reproduire systématiquement.

    Dans le cadre d’un retard, faites l’injection le plus rapidement possible, et si vous en avez vraiment sauté une dans la journée, téléphonez à l’IMR afin d’en connaitre les conséquences et la marche à suivre.

  • Non, il arrive que certains ne résistent pas au changement de température.

  • Non, parfois le faible nombre ou la qualité des embryons obtenus ne permet pas la congélation.

  • Non, malheureusement, certaines FIV ne donnent aucun résultat. Il reste le plus souvent la possibilité de passer à une technique différente pour obtenir de meilleurs résultats.

  • Non, il arrive dans de rares cas qu’une ponction de donne pas d’ovocytes. Cela peut se produire, par exemple, si l’injection de déclenchement a mal été effectuée ou en cas d’insuffisance ovarienne sévère.

  • Quatre. Après une grossesse déclarée, les compteurs sont remis à zéro.

  • Il est nécessaire de mettre les ovaires au repos durant deux ou trois cycles entre chaque tentative.

  • Oui.

  • Tout vous est fourni, prévoir néanmoins une serviette périodique car il est fréquent d’avoir quelques saignements après la ponction.

  • Oui, fumer, boire, manger. Cela dit la consommation de cigarette diminue vos chances de réussite donc il est conseillé d’arrêter de fumer avant de commencer une stimulation. Un petit déjeuner vous est servi après la ponction à la Clinique.

  • 1/ Avant la ponction, le médecin constate à l’échographie s’il existe une hyperstimulation et il vous en parle, de même le jour de la ponction.

    2/ En cas de douleur importante après la ponction, vous devez  contacter l’IMR

    3/ Après le transfert, dans l’échelle des valeurs pour évaluer la douleur, elle doit être plus importante que lorsque vous avez vos règles.

  • Le choix d’un arrêt maladie est à prendre en commun avec votre médecin. En général, il est prescrit uniquement dans deux cas : si vous avez un métier trop physique, ou si votre stimulation a trop bien marchée, et que vous ressentez des douleurs.

    L’arrêt de travail n’est pas obligatoire, la grande majorité des femmes ne s’arrêtent pas de travailler.

  • Nous vous proposons de rencontrer notre psychologue et/ou notre assistante sociale.

  • L’injection intracytoplasmique est une technique qui consiste à injecter un spermatozoïde directement dans l’ovocyte mature qui vient d’être ponctionné.

    C’est une technique de FIV principalement proposée en cas d’anomalies spermatiques sévère.

L'infertilité

Quand parle-t-on d'infertilité ? Qui est concerné ?

L'AMP

Un dossier pour essayer de démystifier le parcours AMP
La stimulation folliculaire

La FIV en détail

Comment se déroule un parcours FIV avec GynécoMarseille ?