www.gynecomarseille.com

Infections à HPV diagnostic et prévention


 Histoire naturelle de l’infection

 Les papillomas virus (HPV) sont des virus responsables d'infection cutanée et muqueuse fréquente chez l'Homme et dans l'espèce animale. Quarante pour cent des femmes infectées durablement (au-delà de un an) courent le risque :

 D'anomalies du col utérin (dysplasies cervicales et cancer du col). HPV haut risque 16 et 18

 Condylomes acuminés vaginaux et vulvaires, verrues génitales, HPV bas risque.

 


Il existe cent types d'HPV, une quarantaine est responsable des infections génitales, parmi eux les types 16 et 18 (HPV à haut risque ou HPV oncogènes) sont responsables de 70 % des cancers épidermoïdes du col (les plus fréquents). 

 


Le départ de l'infection se fait par des micros lésions tissulaires. Cette rencontre s'effectue dans 80 % des cas au début de l'activité génitale, l'infection pourra être soit transitoire, soit permanente. Bien qu’il s’agisse d’une maladie considérée comme sexuellement transmissible, l’HPV peut être transmis de la mère à l'enfant durant l'accouchement (papillomatose laryngée du nouveau-né).

 


Il est important de savoir que la disparition du virus est de 70 % à un an, et de 90 % à trois ans avec éventuellement une disparition des lésions créées par le virus (dysplasie cervicale). Le tabagisme est considéré comme un facteur de persistance du virus. Le pic de fréquence de l'infection est aux alentours de vingt-cinq ans (26 à 46 %). Par la suite au-delà de trente ans d'infection est présente chez 10 % des femmes. Il existe cependant le nouveau pic à cinquante-cinq ans.

 


Intérêt du test HPV

 


Le test HPV est un examen réalisé dans un laboratoire de biologie médicale, il s'agit d'un simple prélèvement du fond vaginal. Ce test permet de savoir si le virus est présent mais aussi de déterminer son type (haut ou bas risque) et sa quantité.Sa place est aujourd'hui difficile à situer, en effet il existe à ce jour qu'une seule situation où ce test est remboursé : anomalies cervicales indéterminées dont le résultat du test peut arrêter ou prolonger les investigations (lésions ASCUS). Cependant ce test peut être réalisé dans le dépistage primaire à fin d'augmenter la sensibilité du frottis cervico-vaginal, où après un traitement chirurgical d'une dysplasie cervicale dans le but de connaître le risque de récidive.


Actuellement le test HPV ne remplace pas le frottis cervico vaginal pour le dépistage.


Intérêt de la vaccination

 


Un vaccin prophylactique pour les souches à risque de papillomas virus (16-18) pourra optimiser la prévention du cancer du col. Dans les pays sous développés, qui ne disposent pas de structure de dépistage et où le cancer du col est fréquent, on estime que la vaccination devrait entraîner une réduction de 50% environ des cancers du col dans un délai de 20 ans. Dans les pays où le dépistage existe (par frottis cervico-vaginal), la vaccination devrait réduire de plus de 50% le nombre des frottis anormaux dans un délai de 5 ans. La diminution du nombre de cancers du col sera moins importante. La vaccination HPV 16-18 protègera des cancers du col dans 70% des cas. 

 


En pratique la vaccination anti papilloma virus est autorisée (indiquée) chez la jeune fille et la jeune femme entre 9 et 26 ans, injection à 0, 1 et 6 mois pour une protection équivalente à 5 ans. La nécessité d'une dose de rappel n'a pas été établi à ce jour.

 

 

Le remboursement concerne toutes les jeunes filles de 14 ans ( calendrier vaccinal) et les jeunes de filles de 15 à 23 ans qui n'auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard, dans l'année suivantle début de leur vie sexuelle.

 

Retour
  • Prendre rendez-vous avec un spécialiste

  • Tél. : 04.91.75.86.70
  • Email :
  • Facebook Twitter Google+

Gynéco Marseille : Infections à HPV diagnostic et prévention