www.gynecomarseille.com

Chirurgie coelioscopique mini invasive mono trocard

Un nouveau concept de laparoscopie : voie d’abord ombilical unique

 

Qu’attendre après la révolution de la chirurgie moderne que constitue la cœlioscopie ? Une évolution technique d’assistance : la robotique. Une réflexion philosophique sur les indications. Ou bien une conceptualisation de la chirurgie mini invasive poussée. Il semble qu’actuellement la notion de chirurgie coelioscopique mono trocart soit la concentration de nombreuses réflexions et innovations techniques capable d’évoluer vers la nouvelle étape de la chirurgie laparoscopique. Ce concept de nouvel abord chirurgical repose sur un seul fait : une incision ombilicale unique. (SPA= Single Port Acces ; LESS= Laparo Endoscopic Single-Site Surgery (Olympus Hamburg, Germany)).

 

 

 

L’intérêt principal est d’améliorer le résultat cosmétique cutané. Il est supposé et non démontré à ce jour qu’il peut exister un intérêt également sur la diminution des douleurs et sur la reprise d’une activité socioprofessionnelle plus rapide. Sur ces deux derniers points, il est évident que le différentiel est supposé moins significatif que la comparaison laparotomie- cœlioscopie. Depuis 20 ans, l’abord endoscopique n’a cessé de progresser et aujourd’hui la quasi-totalité des indications chirurgicales gynécologiques sont réalisées par coelioscopie, au cours d'hospitalisations très courtes, voire en ambulatoire (une seule journée).

 

 

 

Cependant les enquêtes montrent que la généralisation de cette voie d'abord se fait attendre. L’abord coelioscopique unique peut-être considéré simplement comme une évolution parmi tant d’autres ou une révolution servant le concept mini invasif de la cœlioscopie. D’un point de vue technique, de nombreuses sociétés proposent des systèmes mono trocart avec plusieurs entrées et un système d’instrumentation adaptée le plus souvent flexible ou à forme non rectiligne. En effet le concept d’abord ombilical unique est rendu difficile par la notion de conflit d’instrument car les mains du chirurgien et de son aide évoluent dans un volume réduit. L’absence de liberté d’axe va rendre difficile l’ergonomie des interventions chirurgicales et ceci de façon exponentielle à leurs difficultés. L’engouement présenté par ce concept nourrit l’ingéniosité et fait apparaître au fil des mois de nouveaux instruments articulés à l’image de ce qui est produit pour la chirurgie robotique.

 

 

 

De nombreuses spécialités sont motivées par ce nouvel abord, il s’agit essentiellement de l’urologie (néphrectomie, pyéloplastie, adrenalectomie, prostatectomie) et de la chirurgie viscérale (cholécystectomie, appendicectomie, chirurgie de l’obésité, hémi colectomie). Au-delà de la prouesse technique, les publications cherchent également à démontrer un intérêt fonctionnel pour le patient avec une diminution de l’hospitalisation, de la médication antalgique et une reprise professionnelle plus rapide. Il existe évidemment des niveaux de difficulté qu’il est nécessaire de prendre en compte, il est à ce jour reconnu que la qualité chirurgicale de la cœlioscopie est atteinte même en cas d’intervention complexe, cette qualité ne pouvant être remise en question par le simple fait de la voie d’abord. Cette voie nouvelle voie d’abord montre un intérêt cosmétique et une réduction potentielle des algies post opératoires, et cela malgré les difficultés ergonomiques rencontrées par le chirurgien.

 

De nombreuses interventions chirurgicales gynécologiques sont ainsi réalisées en routine par notre équipe : hystérectomie totale ou subtotale, chirurgie des ovaires (kystectomie, ablation des ovaires), grossesse extra-utérine, bilan de fettiité,...

Retour
  • Prendre rendez-vous avec un spécialiste

  • Tél. : 04.91.75.86.70
  • Email :
  • Facebook Twitter Google+

Gynéco Marseille : Chirurgie coelioscopique mini invasive mono trocard